Comment optimiser ses crédits ?

Souscrire à des crédits pèse cher sur le budget des ménages. Pour aérer un peu leurs finances, en renégocier les termes afin de bénéficier de meilleures conditions tarifaires devient le cheval de bataille de beaucoup d’emprunteurs. Quels sont les divers moyens permettant cette renégociation ?

Renégocier un crédit, une démarche intéressante

À cause d’un évènement imprévu dans votre vie, vos mensualités deviennent trop lourdes à supporter ? Il serait intéressant d’envisager de les réduire par le biais d’une renégociation auprès de votre banquier. Une opération qui sera notifiée par un avenant. Son objectif : réduire le coût total du crédit en obtenant un taux plus attractif. Mais attention, pour que la renégociation soit intéressante, elle doive être opérée au moment opportun. Tout d’abord, examinez si le taux d’intérêt de votre prêt actuel est plus élevé que le taux en cours utilisé sur le marché. S’il existe une différence de 1%, la démarche est digne d’intérêt. À titre d’exemple, lors de la souscription à votre crédit, vous avez obtenu un taux d’intérêt de 3,3%. Actuellement, s’il est de 2,3%, alors n’attendez plus pour vous lancer. Deuxièmement, vérifiez la date de souscription de votre crédit. En principe, durant les premières années de vie de celui-ci, la part des intérêts est la plus élevée. Elle réduit progressivement et c’est la part du capital qui va augmenter. Il est plus avantageux d’opérer une renégociation durant la période où la part des intérêts est supérieure à celle du capital. Dernière condition : il vaut mieux que le capital restant dû soit au moins de 70 000 euros.

Envisager le rachat de crédit

La renégociation d’un crédit n’est en principe possible que pour les emprunts immobiliers. Dans le cas de prêts à la consommation, c’est toute une autre paire de manches. Il va falloir procéder plutôt à un rachat de crédit. Des confusions existent parfois entre les deux procédés. Or, il s’agit de deux démarches totalement différentes. Le rachat est une opération bancaire qui consiste à regrouper les créances d’un emprunteur fonctionnaire ou simple salarié, en un seul prêt assorti d’une mensualité et d’un taux unique. Le regroupement peut inclure autant les prêts que les dettes comme les découverts bancaires, les loyers impayés, les pensions alimentaires, les impôts ou encore les soldes débiteurs sur compte courant. Cette solution s’adresse surtout aux emprunteurs qui ne parviennent plus à respecter leurs engagements quant au remboursement de leurs crédits à cause d’un chômage, d’un divorce ou d’un autre évènement imprévu. Ils se retrouvent alors dans le rouge et ont du mal à joindre les deux bouts chaque fin de mois. Le rachat de crédit va permettre d’aérer leur budget en allégeant le coût des mensualités. Parfois, cette réduction peut atteindre les 60%. Cela permet une baisse du taux d’endettement de l’emprunteur qui parvient à gagner davantage de pouvoir d’achat. Attention, le rachat de crédit n’est pas un remède miracle. La dette ne s’efface pas. En contrepartie de la baisse du montant des mensualités, le nouveau prêt sera assorti d’une durée de remboursement beaucoup plus longue. Pour disposer de plus de détails là-dessus, le guide du rachat de crédits est là pour apporter des éclaircissements.